lundi 17 novembre 2008

Faire le tour du monde... le tour de moi

Je serais bien partie de par le monde, sentiers après sentiers, en marchant d’un pas léger… ou d’un pas lourd. J’aurais multiplié les heures, ne pouvant pas laisser le soleil se lever et partir sans moi. Mais il faut du cran. Ma volonté a été utilisée ailleurs jusqu’à maintenant.

J’aurais profité des kilomètres parcourus pour découvrir les paysages et faire les rencontres, au plus près, loin de tout exotisme mais bien en pèlerin croyant uniquement en l’homme. J’aurais compris mon corps et son besoin d’être dirigé vers l’action, le mouvement autant que la pensée.

Je ne suis pas encore celle-là, en attendant je fais le tour de moi. A ma tendance mikka-bozu, je blogue sur Je Suis Comme Je Suis, à ma tendance consumériste, j’ouvre ici mes fenêtres sur des souhaits matériels ou non. Je suis persuadée que déjà explicités, mes désirs sont en grande partie satisfaits… pour la part restante, la consommation réelle peut éventuellement faire le reste…

Si j’avais été la nomade, j’aurais aimé des chaussures, un bâton de pèlerin, du thé et un livre changé à chaque escale… étant plus sédentaire, je me complais à souhaiter des couleurs, des saveurs, des vapeurs, des réflexions, des transhumances… les voici au fil du temps.

« Pastourelle » de William Bouguereau

2 commentaires:

Arlette a dit…

J'aurai aimé être une nomade pour aller à la rencontre des autres. C'est pour cela peut être que j'ai des ami(e) un peu partout afin d'essayer de connaître ceux qui vivent sur la même terre .

Vanessa a dit…

Arlette: les alternatives aux voyages et à la rencontre de l'autre sont en effet nombreuses... j'espère que tes échanges internationaux te comblent.