mercredi 11 février 2009

Des épluchures, déchet ou cuisine

Un jardin, un potager… Oui, oui j’en rêve mais aussi je rêve d’un compost pour mes déchets organiques… celui au fond du jardin bien sûr… mais aussi celui du balcon ou de ma cuisine avec, une fois n’est pas coutume dans mon environnement immédiat, des vers de terre.


*source du lombric expliqué et pourquoi il est nécessaire de les protéger

Oui, oui j’ai arrêté de les toucher à 2 ans, moi qui raffolais les voir gesticuler et contempler leur selle, anneaux et partie noire évoluer, rappelez-vous…


*source du déplacement

Et je n’ai pas réussi à les percer pour suivre mes proches à la pêche. Mais les savoir décomposer la matière, voilà qui me donne du cœur à aller les regarder de plus près. Oui, oui, même s’ils s’échappent et qu’il me faut les rattraper et les remettre dans leur étage. J’aimerais bien me mettre dans l’immobilier : acheter un immeuble à Eisenia foetida (vers de fumier, tigré gris ou jaune) et à Eisenia endreï (vers de Californie, très rouges)… un lombricomposteur à étages quoi !


Rajout du 21/11/2010: Bon et si nous devons bricoleurs en acquérant un balcon ou un jardin nous ferrons notre "vermicomposteur" en suivant les instructions de "8 pieds sur terre".

Rajout du 26/03/09: je me laisserais aussi bien volontiers guider par le livre " Les vers mangent mes déchets" de Mary APPELHOF, tout en zieutant, avant l'achat le site Vers la Terre bien intéressant. Rajout du 17/04/09: j'irais même jusqu'à me délecter de ces indices et astuces de jardinier: "Les jardiniers de l'ombre" de Blaise LECLERC dont ce lien montre le sommaire et quelques pages.
Nous irions regarder en famille ces petites bêtes visqueuses (pas si sûr) et j’accompagnerais la vision de science naturelle par une lecture…ou deux
j’aimerais bien pour notre loupiot « Tout pourrit » de Hirotaka NAKANO dont parlait N-Talo ici avec cette notion de pourriture, de Kusaru japonais si particulière. Rajout du 17/04/09: Je rajouterais "Under ground" de Shimako OKAMURA pour regarder ce que nous pouvons trouver sous terre.
Mais je rêve aussi de ne pas donner tant que cela d’épluchures à mes vers gris, jaunes ou rouges (ils peuvent bien avoir la couleur qu’ils veulent !). J’aimerais reprendre ses astuces de cuisine pour les préparer… alors je zieuterais sur ces livres : « Epluchures : 10 façons de les préparer » de Sonia EZGULIAN ou « Epluchures : bavardages et recettes » d’Andrée MAUREAU


… de quoi renouer avec le savoir-faire des anciens et la notion de ne pas jeter !
Rajout du 20/04/09: "Under ground" de Shimako OKAMURA est arrivé chez nous! J'en parle ici.

6 commentaires:

Delphine R2M a dit…

Je ne suis pas très convaincue par les épluchures lorsque l'agriculture utilise tant de produits chimiques. On les retrouve essentiellement dans la peau des légumes, justement...

Vanessa a dit…

Delphine R2M: oui, bien sûr des légumes bio. Mais justement, avec les légumes bio la plupart du temps on n'a pas besoin de retirer la peau... sauf...

nick a dit…

Il n'y a pas que les épluchures. Par exemple, un certain dégoût mental sur la peau ou la tête de poisson, jeter le vert de poireau, peler et épépiner le tomate etc. Le gâchis est partout.

Vanessa a dit…

Nick: oh oui, j'ai l'impression d'entendre aussi ma maman (sans la philosophie peut-être)... tête de crevettes grises, vert de poireau, peau de pomme dans les tartes... quand moi avec ma manière de cuisiner je ne mange plus les têtes de crevettes ou poissons (sauf dans les soupes, entières puis passées ou brouillées), le vert du poireau mais sans la partie frippée et toute la tomate... mais avec quelques autres retenues tout de même!

Anonyme a dit…

Bonjour,
vous reprenez dans votre article au demeurant très intéressant, une de mes illustrations (le schéma en coupe d’un lombricomposteur) tirée des panneaux info des jardins du centre écologique de Terre vivante et ce, sans nos autorisations.
Vous ne pensiez probablement pas à mal mais la moindre des choses lorsqu’on utilise le travail d’autrui (même avec respect et sans bénéfice financier) est de citer l'auteur et l’éditeur.
Merci donc de nous citer (dessin Hervé Nallet pour Terre vivante) et de remplacer l’image par celle présente ici :
http://graphisme-environnement.blogspot.fr/2007/06/panneaux-infos-pour-les-jardins-du.html
Je vous remercie.
Hervé Nallet

Vanessa V a dit…

Monsieur Nallet,

Je suis terriblement désolée, je viens juste de voir votre commentaire. Ce blog est en jachère et je ne sais pas comment votre commentaire a pu être mis dans les spams.
Je comprends votre énervement. Je pensais, à tort sûrement, que mettre en lien la source suffisait. Apparemment la source n'était pas l'originale et il n'y avait pas d'indications supplémentaires me permettant de vous nommer. Je vous remercie de me permettre d'utiliser votre illustration. Je vais de ce pas modifier la photo, sa légende et le lien.